Jardin dans le Kochersberg (Alsace)

Le parti-pris du projet est d’apporter rugosité et légèreté afin de répondre au caractère imposant de la maison. Il faut également sortir de la lecture orthogonale (parallèles et perpendiculaires) et linéaire (orientation nord/sud des constructions) de l’espace extérieur.

LE SEUIL

À l’entrée, le projet consiste à marquer une succession de plans, créant une profondeur de champ. Ces derniers sont à la fois constitués d’éléments minéraux et de bandes de végétation. Ainsi, les plans sont séquencés et apparaissent comme des repères visuels sur lesquels le regard rebondit pour éviter une confrontation directe avec la façade à l’ombre.

Les murets sont libres et sans attaches pour ne pas rendre dominante la maison par rapport au jardin. Face à l’entrée de la maison, le premier muret marque le seuil d’entrée de la maison et accueille le visiteur par une ambiance jardinée. Les murets suivants contiennent la terre afin de surélever le massif tout en intégrant l’escalier.

La végétation associée est elle aussi très libre, densément plantée (peu d’entretien) et légère. Elle se compose de graminées, de plantes vivaces fleurissant tout au long de l’année et d’un arbrisseau à feuillage remonté.

LE VERGER JARDINE

Au moyen d’une pente douce, c’est également l’endroit où s’articulent les différentes ambiances du jardin. La bande séparative d’herbacées est composée selon l’ambiance du secteur de jardin qu’elle croise.
Le verger jardiné porte trois fonctions bien distinctes :

– Guider le regard de l’entrée du jardin vers la clairière sans trop en dévoiler la composition. Des arbrisseaux filtrent la vue pour permettre une découverte progressive du jardin.

– Lier avec une entité paysagère plus vaste. L’organisation des arbres reprend le principe d’implantation des arbres fruitiers en lignes des vergers voisins, tandis qu’une composition d’herbacées vient en épaissir la base tout en rappelant le paysage de prairie. Ce travail fin de la limite de la propriété permet une intégration dans le contexte agricole, dans lequel il semble se prolonger à l’infini.

– Mutualiser la surface de déplacement avec un espace de jeux pouvant recevoir jeu de pétanque, jeu de Mölkky ou tout simplement accueillir une grande tablée pour un repas estival.

LA CLAIRIÈRE BELVÉDÈRE

La clairière est à la fois un espace privé réservé à la maison et un espace ouvert en surplomb sur le paysage.
Sa grande étendue engazonnée devient un cadre propice à la détente, aux activités de loisirs en famille ou aux bains de soleil.

Un pourtour de plantations encadre la clairière de manière à limiter les vis-à-vis avec les constructions voisines, tout en s’ouvrant sur les lointains. Cette bande de plantation est composée d’arbustes bas, d’arbrisseaux, ainsi que de vivaces apportant une ambiance champêtre à la clairière.
Les vieux murs en briques ne sont pas totalement absorbés par la végétation. Par leur matérialité, il participe au cachet du jardin.

Implantés à proximité de la baie vitrée du salon, de petits bacs accompagnent la terrasse, plaçant à proximité de la maison un jardin de plantes aromatiques. Ces bacs permettent en outre de masquer un regard tout en le maintenant accessible.

L’espace situé en creux devient une chambre
indépendante, à l’ambiance exotique. L’implantation d’un filet-hamac perché à 1m au-dessus d’une végétation basse et foisonnante rendra l’atmosphère de ce boudoir propice à la détente.